Le liquide céphalo-rachien

Liquide céphalo-rachidien - plexus choroïdes

Généralités

Le système nerveux central et rachidien sont entourés par le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Ce liquide céphalo-rachidien (LCR) est réparti dans deux espaces distincts:
• l'espace sous-arachnoïdien (entre la pie mère et l'arachnoïde) qui est un espace externe au système nerveux central se trouvant dans le rachis, et qui entoure la moelle épinière. Il y a trois méninges : Dure mère, Arachnoïde et Pie mère.
• le système ventriculaire qui est un espace situé à l'intérieur du cerveau.

Le plexus choroïdien sécrète le liquide céphalo-rachidien. Ce plexus choroïdien se trouve dans le système ventriculaire (plus exactement dans le corps et une partie de la corne temporale des ventricules latéraux, ainsi que dans le toit des IIIème et IVème ventricules).

Le LCR, produit dans le système ventriculaire, sort du cerveau pour s’écouler dans les espace sous-arachnoïdiens via les foramens de Luschka et Magendie.

Le liquide céphalo-rachidien est résorbé via des structures localisées le long du sinus veineux longitudinal supérieur (granulations de Paccionni) et des trous de conjugaison.

Rôle du liquide céphalorachidien

Le liquide céphalo-rachidien est un liquide produit dans des cavités du cerveau appelées ventricules et coule autour du cerveau et de la moelle épinière. Il sert à protéger le cerveau contre les traumatismes extérieurs en amortissant les chocs (comme un coussin) et permet de diminuer la pression à la base du cerveau en le faisant "flotter". Le liquide céphalo-rachidien contribue à nourrir le cerveau et la moelle épinière. Il permet l'évacuation des déchets toxiques et le transport des hormones entre des régions éloignées du cerveau.

Le liquide céphalorachidien a une fonction essentiellement de protection, en maintenant le systeme nerveux central dans un environement physique et chimique constant. Le LCR participe aussi à la nutrition du tissu nerveux.

Le LCR est aussi une voie de disséminations de pathologies qu’elles soient infectieuses ou tumorales (voie de métastatisation possible pour certains types de tumeurs intracérébrales).

Pathologie et liquide céphalorachidien

Le liquide céphalorachidien est de couleur clair (transparent) et sa composition est relativement constante. Toute variation importante peut être l'indice d'une pathologie et l’analyse du liquide céphalo-rachidien peut donner des informations diagnostiques. Le prélèvement de LCR est généralement réalisé dans la région lombaire basse (en dessous du cône terminal). La ponction lombaire doit être réalisée dans les conditions établies : salle stérile, par un médecin expérimenté. Ce n'est pas un acte médical anodin.

Une mauvaise circulation du LCR peut entraîner des symptômes : fatigue, douleurs, vertiges, céphalées... Elle risque d'agir sur la pression du LCR.  Cette mauvaise circulation peut être due à une sténose du canal rachidien, un kyste arachnoïdien...

La découverte de sang dans le Liquide céphalorachidien peut être l'indice d'une hémorragie méningée. La mise en évidence de cellules inflammatoires (globules blancs, lymphocytes) peut signifier méningite bactérienne ou virale. L'existence de cellules malignes peut orienter vers une pathologie tumorale. L’analyse des gamma-globulines peut permettre le diagnostic d'une sclerose en plaque.